mercredi 21 octobre 2009

Kino Magic

J'ai quitté ma gaspésie magique pour la grande ville.  Je suis ainsi débarquée à Montréal afin de participer à la grande aventure du Kino Kabaret des 10 ans.  Nous étions environ 60 réalisateurs venus de France, de Belgique, d'Allemagne, de Suisse, d'Autriche, de la Slovaquie, des États-Unis, de l'Australie, du Burkina Faso et bien entendu du Québec pour faire des vues ensemble.  Du talent et des projets de films rien qu'en masse.  Le cadre: faire des films en 48 heures et les présenter tout chaud tout frais devant un public aguérri au Festival du Nouveau Cinéma.

Ce fut plutôt grisant de passer du calme solitaire de l'écriture à Percé à de la production turbo carburant à l'adrénaline en plein centre-ville montréalais.  Décalage et choc électrique.  Un immense appartement sur deux étages nous servait de quartier général et littéralement des centaines de personnes y déambulaient à toutes les heures de la journée et de la nuit.

Dans cet espace effervescent se tramaient des scénarios sur des papiers froissés, des castings débridés, de la création spontanée, des rencontres merveilleuses, de la formation d'équipes de travail éclectiques (preneurs de son, caméra, comédiens, monteurs, musiciens...) et tous les dédales de la postproduction.  Un laboratoire déchaîné de délires, de fantaisies et de bulles de création mais aussi de partage, d'échange et d'exploration visuelle et sonore.  Un régal.  Voici des films glanés dans la filmographie de quelques créateurs présents au Kabaret en attendant que les films kinos fabriqués cette dernière semaine soient en ligne.

Le puissant univers visuel et musical du réalisateur allemand 
Filip Piskorzynski


Les délires de l'australien Dave Wade

Les passions du talentueux Patrick Péris


Le regard vif d'Olivier Gilbert


L'approche décalée et originale de Jules Saulnier


Le ludisme du franco-italien Nicolas Amiache
    

2 commentaires:

  1. Hahaaa c'est du vieux film sorti des oubliettes ça mam'zelle!
    Content que tu aies trippé avec nous! Reviens nous voir quand tu veux!

    RépondreEffacer
  2. De vieux souvenirs... Du vrai vintage. En-as tu des plus récents que je pourrais inclure? Oh que oui je vais revenir faire un tour. Longue vie à Kino!

    RépondreEffacer